Posted on: 21 février 2023 Posted by: Xavier Comments: 0
auto-entrepreneur

Le statut d’auto-entrepreneur, désormais officiellement appelé micro-entrepreneur, est de plus en plus prisé ces dernières années en France.

Beaucoup pensent, le statut d’auto entrepreneur étant par définition ultra-simplifié en matière de charges sociales et d’impôt sur le revenu, qu’il leur suffit d’émettre des factures à leurs clients et de faire leurs déclarations de chiffre d’affaires, mais ce n’est pas le cas.

Bien sûr, il n’est pas nécessaire de recourir aux services d’un expert-comptable, car les exigences comptables d’un auto-entrepreneur restent simples, mais quelles sont-elles ?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur ?

Le terme micro-entreprise est utilisé pour désigner une petite entreprise qui recrute un nombre très limité d’individus comme employés. Pour être plus précis, ces entreprises ont généralement moins de dix personnes qui travaillent pour elles. La définition de base d’un micro-entrepreneur est donc très simple : il s’agit d’une personne qui dirige ou crée une micro-entreprise.

Les caractéristiques les plus marquantes de ces propriétaires d’entreprise sont les suivantes :

  • Ils gardent la taille et la portée de leur entreprise gérable et accomplissent toutes les responsabilités liées à l’entreprise par eux-mêmes ;
  • Les micro-entrepreneurs peuvent commencer à commercer même sans infrastructure, sans financement et sans plan d’affaires ;
  • Ils développent souvent des compétences commerciales tout en gérant leur entreprise.

Par ailleurs, les micro-entrepreneurs mesurent la croissance de leur entreprise d’une manière non conventionnelle. À titre illustratif, ils ont tendance à équilibrer la génération de revenus avec des facteurs tels que la flexibilité, l’autonomie commerciale, le bien-être personnel et l’autosuffisance.

Obligations comptables du micro-entrepreneur : Quelles sont-elles ?

Rien n’empêche un micro-entrepreneur d’utiliser un système de comptabilité très bien élaboré, mais ses seules obligations comptables légales sont les suivantes.

Registres comptables

Les micro-entrepreneurs sont obligés de tenir un livre des recettes, dans lequel sont consignés la date et le montant des paiements reçus, le mode de paiement et le numéro de facture correspondant.

Les personnes qui achètent et vendent des produits où qui gèrent un café, un restaurant ou une chambre d’hôte est également tenue de tenir un livre des achats, sous une forme similaire à celle du livre de caisse.

Il existe des exemples standard en ligne qui peuvent être utilisés, mais il serait tout à fait correct de créer et de tenir à jour votre propre feuille de calcul. Si vous avez besoin d’aide ou de conseils de la part d’un expert, vous pouvez vous rendre à l’adresse suivante : https://as-des-as.com/.

Les personnes qui s’occupent de la vente de meubles, de véhicules et d’objets en métal précieux d’occasion sont tenues de s’inscrire également auprès de la préfecture en tant que Revendeurs d’objets mobiliers et de tenir des registres appropriés.

Factures

Un micro-entrepreneur est tenu de facturer ses ventes ou ses services. Il doit indiquer sur les factures son numéro d’immatriculation.

La facture doit être rédigée en français, faire figurer l’adresse de l’auto-entrepreneur et une description du service rendu ou du produit vendu.

Compte bancaire

Lorsque le chiffre d’affaires de la micro-entreprise est supérieur à 10 000 € par an, l’auto-entrepreneur est tenu de maintenir un compte bancaire séparé pour l’entreprise, sur lequel tous les reçus et paiements sont traités. En dessous de ce chiffre, il peut utiliser son compte personnel existant.

S’il dépasse 10 000 € dans l’année, il peut continuer à utiliser le compte personnel, mais si le seuil est dépassé pendant deux années consécutives, il devra ouvrir un compte séparé.

Légalement, il n’est pas nécessaire que le compte bancaire soit différent d’un compte personnel pourvu qu’il soit séparé du compte utilisé pour les transactions personnelles de l’auto-entrepreneur.