La reprise d’une société requiert la réalisation d’un business plan spécifique que l’on nomme « plan de reprise ». Vous devez vous assurer de développer les arguments de nature à convaincre les futurs investisseurs que votre projet est cohérent et réalisable.

Vous souhaitez monter le plan de reprise d’une entreprise ? Voici les 7 points essentiels que l’on doit trouver dans votre document.

A quoi sert le plan de reprise ?

Le plan de reprise se présent sous forme de document de synthèse présentant vos objectifs et la stratégie que vous allez adopter. Il a pour vocation de montrer la cohérence et la faisabilité du projet.

Le plan de reprise va aussi vous aider à emporter l’adhésion de vos différents interlocuteurs, qu’il s’agisse de vos associés, vos financiers ou encore vos fournisseurs. C’est à partir de ce document que vous allez appuyer chaque argument lors des futures négociations. Le but étant de convaincre du sérieux et de la faisabilité du projet.

Que doit-on trouver dans le plan de reprise ?

Commencez par présenter votre projet et l’entreprise que vous souhaitez reprendre :

  • Présentation de l’activité de l’entreprise,
  • Informations sur la taille de la structure,
  • Où se trouve l’entreprise, sa localisation,
  • Quelles sont ses caractéristiques
  • Quelle est votre vision à échéance de un à 5 ans.

Surtout, argumentez bien pour que l’on comprenne de quelle manière l’entreprise que vous envisagez de reprendre vous permettra de mener à bien votre projet.

1/ Présentez-vous !

Inutile de trop développer, il faut être concis mais ne pas éluder d’informations importantes sur vous. Il s’agit ici de faire la preuve de votre motivation, l’un des enjeux majeurs, avec la faisabilité et la crédibilité de votre projet. Rappelez votre expérience, vos points forts et vos points faibles, mais surtout ce que vous pensez pouvoir apporter à l’entreprise !

2/ Réaliser l’étude de la société et du marché

L’un des enjeux du plan de reprise consiste à démontrer votre parfaite connaissance de l’entreprise que vous ciblez. A cette fin, il faut que votre dossier présente au mieux cette entreprise (historique, organisation, clientèle, moyens d’exploitation, points forts et points faibles). A ce stade, il est indispensable de produire une étude de marché. Cette dernière, doit donner une vue globale de la filière, mais aussi présenter des données au niveau local, en détaillant la zone de chalandise, la répartition de sa clientèle et toute information de nature à monter votre connaissance de l’entreprise et de son environnement économique et social.

3/ Quelle stratégie de reprise allez-vous adopter ?

Tout d’abord, commencez par les modalités de reprise. Il peut s’agir d’un rachat du fonds de commerce ou d’un rachat de titres, ou bien d’une location-gérance, d’une reprise seul ou avec vos associés, autant de modalités différentes qui vont avoir une incidence sur votre projet.

Vous devez ensuite aborder le montage juridique.

  • Allez-vous entreprendre en entreprise individuelle ou en société ?
  • Envisagez-vous d’acheter en nom propre ou par l’intermédiaire d’une entreprise individuelle ou même créer une société à responsabilité limitée qui fera l’acquisition en tant que personne morale ?
  • Comment va se dérouler la période d’accompagnement avec le cédant ?
  • Quelle sera la répartition des rôles ?
  • Sur quelle durée ?

Bon à savoir : Ne pas oublier de penser aux modalités de reprise de l’immobilier d’entreprise. Afin de ne pas omettre certaines spécificités, le recours à un expert est particulièrement recommandé. Le Groupe comptable ERECAPluriel par exemple, dispose d’un pôle spécialisé dans l’accompagnement à la reprise et la cession d’entreprise. Il serait dommage de ne pas profiter des conseils d’un expert juridique qui vous aidera dans la rédaction de votre plan.

4/ Quelle est la situation économique de votre cible ?

Il est important de présenter :

  • l’historique de l’entreprise (date de création de l’entreprise, événements-clés…),
  • son organisation générale,
  • son activité,
  • sa clientèle (répartition du portefeuille, ancienneté des relations commerciales…),
  • ses moyens d’exploitation (hommes, locaux, matériel),
  • ses forces et ses faiblesses,
  • le marché sur lequel elle se positionne (taille, tendance, facteurs clés de succès, etc.)
  • la concurrence, directe et indirecte.

5/ Quelle est sa situation financière ?

Vous devez présenter :

  • les 3 derniers bilans,
  • la situation en cours au moment où vous produisez ce plan de reprise,
  • le CA, mais aussi la rentabilité et son évolution,
  • les principaux ratios financiers et leurs évolutions,
  • la structure financière et son évolution.

6/ Quelle stratégie de développement allez-vous adopter ?

C’est la partie la plus délicate de votre plan de reprise. Vous allez aborder les changements que vous souhaitez apporter. Il peut s’agit de modifications structurelles concernant les bâtiments, la signalétique ou les aménagements du point de vente, intérieurs ou extérieurs, mais aussi la stratégie de communication que vous allez mettre en œuvre. Il faut pour cela fixer des objectifs précis pour le devenir de la société et déterminer les moyens que vous allez mobilier pour les atteindre. Les lecteurs du plan doivent saisir immédiatement la direction dans laquelle vous proposer de mener l’entreprise. De la cohérence entre vos objectifs et les moyens naitra l’assurance d’éventuels investisseurs quant à la pertinence de votre projet.

 

7/ Quel prévisionnel et quel montage financier ?

Enfin, en guise de conclusion,  il faut bien évidemment aborder la dimension financière qui achèvera de convaincre les investisseurs si votre projet est véritablement viable.

  • Vous devez présenter vos besoins (achat de l’entreprise, frais de conseils, travaux éventuels, stock à reprendre ou à constituer)
  • Détailler vos financements (apport personnel, prêt d’honneur, emprunt bancaire, subventions diverses),
  • Bien mettre en exergue :
    • vos besoins en fonds de roulement,
    • votre compte de résultat prévisionnel et le seuil de rentabilité,
    • votre capacité de remboursement,
    • votre plan de trésorerie,
    • votre plan de financement.

Conseils et accompagnement

On ne le dira jamais assez, n’hésitez pas à vous faire accompagner par des experts. Les experts comptables ou les expert des CCI sont parfois les mieux placés pour vous aider à constituer un projet crédible, solidement argumenté et bien présenté.

Conseils à suivre pour réussir une reprise d’entreprise

 

Avant le montage de votre plan de reprise, vous devez être sûr d’avoir fait le bon choix. En effet, il est nécessaire que vous ayez la certitude de reprendre l’entreprise qu’il vous faut après la prise en compte de plusieurs paramètres. Les conseils suivants vous permettront d’y voir clair.

Une réflexion sur le type d’entreprise à reprendre

Il est important de savoir exactement quel type d’entreprise vous souhaitez reprendre. Cela passe évidemment par une réflexion. Et les choses sont plus simples quand vous savez d’avance dans quel type d’activité vous souhaitez vous lancer. Ce n’est cependant pas le cas quand vous décidez de reprendre une entreprise sans savoir quel secteur choisir. Car vous devrez prendre, un moment de réflexion plus ou moins long en tenant compte de plusieurs paramètres.

Il est par exemple nécessaire de réfléchir sur vos compétences. Sur ce point, vous devez déterminer le secteur d’activités qui convient plus à vos aptitudes. Aussi, la prise en compte de votre budget est impérative. Sachez à ce propos que c’est en fonction de votre apport personnel que vous aurez une idée claire de la taille de l’entreprise à reprendre. En outre, votre réflexion doit être orientée sur le type d’entreprise à reprendre. Êtes-vous intéressé par une PME, une TPE ou autre ? En plus de cela, il est impératif de vous pencher sur le lieu d’implantation de l’entreprise à reprendre. Car celle-ci peut se trouver dans une zone urbaine, rurale, résidentielle ou industrielle. Notez que c’est en fonction de l’activité de l’entreprise que doit se faire le choix de l’implantation, ainsi que du style de vie recherché.

Pour aller plus loin dans votre quête voici une petite vidéo intitulée : reprise d’entreprise : les clés pour convaincre votre banquier.

 

Le statut juridique de l’entreprise à reprendre

Tenez compte également du statut juridique de l’entreprise avant de décider de la reprendre. Il faudrait que celui-ci soit en adéquation avec le type d’activité que vous avez choisi, du nombre de personnes qui travailleront avec vous ainsi que de vos perspectives de développement. Sachez que le statut juridique d’une entreprise permet de déterminer plusieurs éléments, comme le régime fiscal de l’entreprise, la responsabilité des associés vis-à-vis des éventuelles dettes de l’entreprise, le régime social des dirigeants et la manière dont les décisions sont prises. Le recours à des professionnels est envisageable pour le choix du statut juridique qui vous correspond bien.

Analyser les résultats financiers de l’entreprise à reprendre

Pour ne pas reprendre une entreprise non productive, il est bon d’analyser ses bilans financiers et ses comptes de résultats des exercices passés. Intéressez-vous aux chiffres de l’entreprise en recherchant notamment une éventuelle évolution au fil des années. Cela est important pour faire une évaluation de sa performance financière sur les années à venir. En analysant les résultats antérieurs de l’entreprise, vous saurez si elle est rentable. Vous aurez surtout des indications qui vous aideront à mieux la piloter. C’est le cas des éléments qui apparaissent à chaque fois quand l’entreprise est en nette évolution et le poids de ses besoins en fond de roulement.

Analyser les résultats financiers passés de l’entreprise que vous souhaitez reprendre est nécessaire pour être sûr que vous faites une bonne affaire.