comptactu.fr

Si l’apport personnel constitue une part incontournable et non négligeable dans le financement d’une entreprise de franchise, le démarrage du projet nécessite généralement l’intervention d’un tiers qui peut être une banque, un investisseur, un associé, une entité à part ou le franchiseur lui-même.

L’apport personnel

L’apport personnel est une condition sine qua non pour se lancer dans la franchise. Nécessaire pour financer les dépenses non couvertes par la Banque, telles que le droit d’entrée dans l’enseigne, les besoins en fonds de roulement et l’achat des premiers stocks, il doit représenter au minimum 30% du montant global du financement. Pour mobiliser un tel capital (plusieurs dizaines de milliers d’euros), le franchisé peut solliciter les aides et subventions allouées aux créateur d’entreprise accordées par des entités telles que Réseau Entreprendre, Initiative France, Bpifrance, Adie ou Nacre.

Le futur franchisé peut également faire appel à un associé ou emprunter de l’argent à un proche. Représentant ce que le futur franchisé est prêt à mettre en jeu pour mener à bien son projet, l’apport personnel à raison de 30% du montant total à investir est une condition généralement exigée par le banquier pour que ce dernier accepte d’investir et de s’engager dans le projet avec le franchisé.

Le prêt bancaire

Pour remplir la plus grande part du financement de son projet de franchise, l’entrepreneur a souvent recours au prêt bancaire. Avant de s’engager et de débloquer un capital à hauteur de 70% de l’investissement total, la banque examinera le projet à la loupe. Elle tiendra compte du montant de l’apport personnel du porteur de projet, de l’enseigne choisi mais aussi du profil du franchisé et notamment de sa motivation et de son expérience et parcours professionnel.
Pour que son projet aboutisse, le futur franchisé a intérêt à choisir parmi les meilleures banques, l’établissement qui saura répondre à ses besoins en investissement. Dans leur démarche de demande de financement, les jeunes entrepreneurs et ceux qui débutent dans la création d’entreprise peuvent éventuellement faire appel à un professionnel, société de conseil, courtier en financement professionnel ou expert comptable.

Le financement participatif

Le crowdfunding est un concept nouveau pour le financement du projet de franchise. Source de financement complémentaire aux prêts bancaires, le financement participatif est constitué de fonds collectés par les intermédiaires auprès de prêteurs particuliers. En plus d’exiger moins de formalités, il offre l’avantage de la rapidité .

L’importance du business plan

La mise en œuvre d’un business plan solide qui met en évidence les caractéristiques du projet, la viabilité et la rentabilité de la franchise est à la fois une condition et un gage de retour sur investissement auprès des établissements de crédit et des autres prêteurs, mais également un véritable outil de travail durant les premiers mois de la franchise. C’est à travers les chiffres, les prévisions et les comptes de résultat prévisionnels sur 3 à 5 ans relatés dans ce document que les investisseurs peuvent décider de leur engagement.