Le financement du cycle d’exploitation : découvert et cautions bancaires

Troisième partie de notre fiche sur Le financement du cycle d’exploitation et consacrée au découvert et à la caution bancaire.

Le découvert

Le découvert est un accord de crédit fourni par la banque permettant de pallier aux décalages de trésorerie de l’entreprise. Ce moyen de financement permet certes à cette dernière de couvrir ses obligations mais a également un prix. Avoir recours au découvert est parfois le seul moyen d’assurer la croissance de son entreprise, car il n’est pas toujours possible d’éviter les carences en trésorerie. Toutes les entreprises sont concernées, de la TPE au Grand compte en passant par la PME.
Si seules les utilisations réelles sont facturées à l’entreprise, la banque applique des intérêts calculés sur le solde débiteur et un taux déterminé à partir d’un indice de référence auquel s’ajoute une marge en points. Les intérêts et les taux ne sont pas les seuls éléments constitutifs du prix du découvert. La banque applique également une commission de plus fort découvert (montant débiteur le plus important), de dépassement (si tel est le cas) et d’immobilisation (position débitrice sur une durée supérieure à l’accord initial).
En résumé, le découvert est souple d’utilisation et permet à l’entreprise de payer les intérêts uniquement sur les sommes réellement utilisées en compte. Le prix constitue son principal inconvénient, notamment le taux utilisé qui est relativement élevé.

La caution bancaire

Une caution bancaire est un engagement par signature (EPS) délivré par un établissement financier. Elle peut être définie comme un financement sans décaissement de fonds correspondant à un engagement financier de la banque en cas de défaillance de l’entreprise. L’établissement bancaire se portant caution est tenu de garantir les engagements de l’entreprise ou de mettre à disposition des fonds dédiés à cette opération.
Toute entreprise peut prétendre à une caution bancaire quel que soit son statut juridique, son bénéficiaire dépend toutefois de la nature du contrat. Il peut être le fournisseur, le partenaire ou le client par exemple. La caution prend son effet au moment de la signature du contrat. Une demande de mise en place du concours est alors adressée à l’établissement financier partenaire. Ce dernier prend connaissance du montant et de la caution, les accepte et délivre l’original au bénéficiaire.

Voir aussi :

http://www.juritravail.com/Actualite/cautions/Id/16431

http://www.eurojuris.fr/fre/entreprises/finances/banque-finance/articles/cautionnement-compte-courant.html