On sous-estime trop souvent le choix de comptable pour son entreprise. Pourtant, un bon comptable se révèle indispensable. Grâce à lui vous allez pouvoir accéder à des solutions d’optimisation fiscale et ainsi réduire la taxation de votre entreprise.

La différence entre un bon et un mauvais comptable

Nous n’allons pas entrer dans ce jeu de définir qu’est-ce qu’un bon comptable et qu’est-ce qu’un mauvais comptable. Cependant, il est important de choisir un comptable qui ne se résume pas seulement à appliquer les règles comptables de base. Plus il a de connaissances et plus il sera à même d’aider votre entreprise.

Il doit également être à l’écoute et relativement disponible. Il est également préférable qu’il connaisse le secteur d’activité dans lequel vous intervenez. L’entente avec son comptable est primordiale, afin d’instaurer une relation de confiance et être certain d’être sur la même longueur d’onde.

Une optimisation fiscale

L’optimisation fiscale consiste à profiter de certaines failles, de certains manquements législatifs pour réduire sa charge d’imposition en toute légalité. Cette pratique nécessite une connaissance profonde des règles fiscales et c’est pourquoi un comptable est mieux à même de vous aider dans ce processus.

Il existe différentes solutions pour réduire sa taxation grâce à l’optimisation fiscale. Il suffit parfois de quelques détails. Mais il arrive qu’il faille procéder à des montages financiers plus complexes.

À vous de définir les limites que vous ne désirez pas franchir. Et c’est à ce moment que l’entente avec votre comptable est d’autant plus importante.

Dans tous les cas, l’intérêt est de profiter d’une taxation plus douce tout en restant dans la légalité totale.

Installer son entreprise à l’étranger

Parmi les entrepreneurs qui décident d’installer leur entreprise à l’étranger, beaucoup le font justement pour des raisons de taxation. En effet, nous savons que la France n’a pas très bonne réputation dans ce domaine. Elle reste l’un des pays où l’imposition est la plus élevée, surtout au niveau de l’impôt sur les sociétés.

En créant son entreprise à l’étranger, on profite alors de l’impôt sur les sociétés du pays d’accueil, à condition que les bénéfices ne proviennent pas de l’exploitation sur le territoire français. L’intérêt est alors de choisir un pays d’accueil où la fiscalité d’entreprise est moins lourde qu’en France.